• Bienvenue sur le forum du Raffut-Alpin : inscrivez-vous pour pouvoir intéragir avec les autres supporters, créer vos discussions, poser vos questions et ne plus voir les publicités présentes sur le site.

Debrief 23/24 AGEN / FCG : le débrief

El_Presidente

Modérateur
Team Raffut
Inscrit
25 Mars 2021
Messages
2 478
Score de réaction
2 237
Localité
Grenoble
C’est quoi le problème ?

Le FCG est malade. Il essaie de se soigner et pour cela, en général, il est nécessaire de prendre le bon traitement. Mais avant de trouver les médicaments qui vont faire du bien, il faut déterminer l’origine du mal. Pour le FCG ce n’est pas un mal mais bien des maux :

les points retirés pour mauvaise gestion. Sur les 12 initialement infligés, 4 ont été rendus aux grenoblois. C’est plus un pansement qu’un véritable protocole pour se soigner. Certes, cet épisode extra-sportif aura fait mal dans les têtes et aura joué son rôle dans le mal qui ronge le FCG.

La « mauvaise ambiance » supposée entre un groupe, tout le groupe selon Romain Barthélémy, et son manager sportif. Là encore, il a fallu trouver une parade pour éviter la gangrène. Résultat, Aubin Hueber se retrouve mis sur la touche, ou plutôt en tribune, afin de prendre de la hauteur dans un rôle de directeur sportif. S’en est suivi un match plutôt abouti la semaine dernière face à Brive. Des corréziens qui vont payer au prix fort le regain de forme du FCG en encaissant 40 points sur la pelouse du stade des Alpes.

Le nombre de blessés. Depuis le début de saison, c’est l’hécatombe régulièrement dans les rangs grenoblois. En début de saison, c’est la 2ème ligne qui a été le plus touché. Aujourd’hui, la 1ère ligne, la 3ème ligne et le poste stratégique d’ouvreur sont en manque de titulaires. Là ce ne sont plus des blessures morales mais des blessures physiques qui font du mal aux grenoblois.

La gestion de l’effectif enfin. Prolongés, pas prolongés, gardés, pas gardés, satisfaits ou déçus, la période qui précède le printemps, perturbent souvent les joueurs. Entre ceux qui connaissent leur avenir et ceux qui sont en pleine réflexion sur leur devenir, pas facile d’avoir l’esprit à 100% au terrain. Le FCG est en pleine période charnière. C’est la fin d’un cycle avec un grand nombre de joueurs en fin de contrat.

Tout cela fait que le club fleuron de l’Isère est aujourd’hui confronté à de nombreux tumultes. Comment peut-on faire face à cela ? comment bien se soigner ? Certainement pas en se contentant d’être une équipe à réaction. Le FCG a du potentiel c’est une certitude, on l’a vu sur certains matchs (Provence, Brive à domicile et Montauban et Soyaux-Angoulême à l’extérieur), mais ce FCG est fragile très fragile. Les médicaments ne sont pas assez forts ou alors n’ont d’effets qu’a court terme. 4 défaites sur les 5 derniers matchs. Des absences régulières au cours des rencontres (Dax, Valence et même contre Brive) et ce matin, force est de constater que ces absences ne sont plus des « trous » dans une rencontre mais bien sur un match entier.

Comment commenter le match d’hier soir ? Il n’y en a pas eu côté grenoblois en tout cas. Face à des agenais qui étaient tout heureux de profiter de l’indiscipline grenobloise au cours des 20 1ères minutes, les isérois ont été noyés sous la pluie lot et garonnaise. 19 à 0 au bout de 30 minutes de jeu. Des grenoblois complètements dépassés et qui jouaient à l’envers : au pied lorsqu’il y avait des supériorités numériques et relançant depuis leur camp alors qu’ils étaient dominés dans les intentions et physiquement. Il fallut compter sur la botte de Romain Trouilloud pour ne pas rentrer aux vestiaires sans avoir marqué le moindre point.

1708768829893.jpeg

Les matchs se suivent et ne ressemblent pas pour Romain Trouilloud et le FCG

Et même lorsque Duputs prendra un carton jaune, sur la sirène, pour avoir percuté Barthélémy avec la tête en fin de 1ère mi-temps, les grenoblois ne sauront pas en profiter pour se refaire la cerise. Pire même, ils allaient encaisser un essai alors qu’Agen était à 14 contre 15. 26 à 3 dés la reprise de la seconde mi-temps. Grenoble baissait la tête sans arriver à la relever. La mêlée grenobloise était le seul point positif. Elle qui parvenait à mettre son adversaire à la faute. Mais trop peu pour espérer une révolte attendue par les supporters grenoblois.

Perdus en défense c’était opération portes-ouvertes du côté grenoblois. Thomas Vincent allait en profiter pour marquer après un petit par-dessus d’école tapé par Garrigues. 33 à 3 alors qu’il restait 20 minutes à jouer. Le FCG allait quand même, par fierté plus que par force, tenter de se remettre à l’endroit. Quelques séquences et enchainements pointaient le bout de leurs nez mais sans danger pour Agen. Les agenais enfonçaient même le clou à 2 minutes du terme grâce à Purdy qui marquait le 6ème essai de son équipe.

40 à 3 score finale. Un score qui marque et qui fait mal. 40 comme la fièvre dont souffre le FCG. Lorsqu’on atteint cette température en général ce n’est pas bon signe. Si le problème est viral, il faut attendre que ça passe. Sinon, fini les pansements et autre doliprane, il va falloir passer à un traitement plus fort.

Le FCG a mal à la tête, mal dans sa chaire et mal à sa fierté. Il va falloir trouver les bons médicaments sous peine de finir la saison péniblement.

Les supporters seront-ils présents au chevet de leur équipe la semaine prochaine face à Rouen ? Il faut l’espérer car quand on est pas en forme le réconfort fait partie du protocole pour aller mieux.



Les + :

- difficile d’en trouver. La mêlée, par intermittence. A part ça…



Les - :

- l’indiscipline, la maladresse, le jeu à l’envers, la touche (comme d’habitude), bref tout le reste
 
Dernière édition:
J'ai surtout vu une équipe d'Agen très solide en défense et qui a su profiter de nos faiblesses défensives. J'ai pas vu notre équipe résignée, mais tout ce qu'on tentait ne fonctionnait pas.

Les joueurs sont tombés sur une équipe mieux préparée avec peut-être plus de confiance aussi en jouant à domicile.

De notre côté et comme tu le soulignes, les maux ont été nombreux ces derniers mois Beaucoup trop.... Et comme le soulignait Goffi, une qualification serait un exploit compte tenu de tout ce qui s'est passé.

Dans les moins, j'ai vu Eglaine et Sarragallet sortir prématurément : j'ai pas vu pour Eglaine mais Sarragallet, j'ai l'impression que c'est son genou qui a pris (sur une belle charge sans ballon)... J'espère que c'est rien de grave pour les deux.

J'ai vu quelques points positifs pour ma part individuellement parlant : Clément a un jeu au pied plutôt précis... J'ai trouvé quelques actions très intéressantes. Et Vial qui est dans la continuité de son match à Brive.
 
je suis entièrement d'accord avec toi sur la prestation de Vincent Vial : il est dans la continuité de son match face à Brive. La tenue en mêlée lui doit beaucoup.
Si le président Goffi nous lit : M'sieur le président proposez lui une prolongation !

Agen a certes bien joué sur les faiblesses de notre équipe. En même temps Agen vous a impressionné ? pas moi, c'est une équipe moyenne et le FCG a été, sur ce match, en dessous d'une équipe moyenne parce que tous les joueurs n'y étaient pas et tous se sont trompés.

Je ne comprends pas et comprendrai jamais pourquoi en rugby les équipes sont si différentes à domicile et à l’extérieur. Quand t'es bon, t'es bon ! peu importe où tu joues.
 
On a la 2e attaque et la 15e defense du championnat en nombre de points marqués/concédés...

Si on avait une défense plus solide, on pourrait espérer quelque chose. Là, face à une équipe qui a su mettre en place une bonne stratégie défensive, on a pas existé.
 
C'est une certitude. Il y a un gros problème de défense.
On ne peut pas exister dans un championnat en prenant autant de points.
On se remet en cause sur ce secteur ? Il le faudrait en tout cas.
 
Ces dernières années ont été éprouvantes. Nous étions passés près de la relégation il y a 2 saisons. Je crois toujours en ce groupe mais force est de constater qu'on se dirige vers un nouveau cycle. Sera t'-il plus vertueux ? Mon ressenti c'est l'addition d'une somme de problème qui cette année a eu raison des esprits. Le FCG est en reconstruction. On voit ici et là des annonces de nouveaux joueurs. Je reste toujours déçu pour SBM. Pour ceux qui ont décidés de quitter le navire, je les comprends. Pour ceux qui ne sont pas conservés j'ai de la compassion pour eux. Pour ceux qui restent je leur souhaite du courage pour cette fin de saison compliquée et un futur championnat haut en couleur.
 
Bonjour les ami(es) ,
voici mon debrief



« On joue à l’envers »



Les semaines se suivent mais ne se ressemblent pas pour les résultats du FCG. La semaine passée les Grenoblois passaient quarante points à un cador du championnat, ce week-end, ce sont eux qui ont encaissé les 40 points sans quasiment en marquer ! Quel contraste entre les attitudes de cette équipe d’une semaine à l’autre. Jeudi dernier face à Brive, les hommes de Nicolas Nadau avaient déployé une débauche d’énergie remarquable, avaient preuve d’un engagement plein d’envie. A l’issue de cette formidable rencontre, je me posais la question de savoir si les Isérois seraient capables d’enchaîner un tel match à l’extérieur avec autant d’envie ? J’ai eu ma réponse vendredi soir. Le staff grenoblois avait procédé à quelques changements : Atu Manu et Karim Qadiri aux ailes et Barnabé Couilloud en demi de- mêlée à la place d’Éric Escande commotionné. Ces trois changements ne furent pas une grande réussite, c’est le moins que l’on puisse dire. Atu Manu, auteur de trois fautes de main (perte de balle, en-avant) et deux grosses erreurs en défense qui ont coûté deux essais ! On ne reconnaît plus le Atu Manu de ses débuts. C’est bien dommage. La défaite ne lui incombe nullement, j’ai relevé simplement une accumulation de fautes grossières qui montrent que le joueur n’était vraiment dans le coup voire investi. Toute l’équipe a fait un mauvais match. La défaite est collective et n’est pas le fait d’un seul joueur.



Des mauvais choix et beaucoup d’indiscipline



Parmi la liste des bourdes qui se sont accumulées tout au long de la rencontre, certaines ont eu lieu durant le premier acte : quatre pénalités durant le premier quart d’heure toutes évitables ! la première survient sur un ballon gardé au sol (manque de soutien), pénaltouche essai derrière. La quatrième (en mêlée) débouche sur une nouvelle pénaltouche qui fait encore mouche : 12-0 (15ième). A la vingtième minute, à la suite d’une touche bien jouée, un lancement de jeu rapide se met en place, un surnombre se présente sur les extérieurs. Plutôt que de poursuivre l’action à la main, Romain Barthélémy tente une passe au pied pour son ailier ! Echec. Quelques instants plus tard, la deuxième pénalité pour Grenoble (contest, 24ième), Romain tente de trouver la touche. En vain ! Nouvel échec au pied de la spéciale Romain Barthélémy. Le clou du clou survient à la vingt-sixième minute, Sur une touche pour laquelle le ballon est mal capté, les Agenais le récupèrent et lance une offensive. Petit coup de pied par-dessus la ligne, à la retombée du ballon, Heptema se loupe et le ballon lui échappe des mains. Un Agenais a bien suivi et, hop, essai derrière en contre ! Troisième essai, bonus offensif provisoire en moins d’une demi-heure de jeu pour les Lot-et-Garonnais sans qu’ils aient eu à batailler pour gagner les ballons. Le match est quasiment plié. Vers la fin de la première période, Romain Barthélémy est plaqué sévèrement, choc tête contre tête, carton jaune pour l’Agenais, l’auteur du mauvais geste. Les Grenoblois choisissent la pénaltouche et au bonheur, la touche est trouvée. Belle prise en main du ballon par l’alignement, Barnabé Couilloud, voulant sauver seul la patrie, part petit côté le long de la touche face à deux défenseurs ! Bien sûr, il ne fait pas plus de 5 m, il est propulsé en touche. Mais quel mauvais choix, alors que Grenoble était en supériorité numérique à l’entrée des 22 m. Comme le dira Nicolas Nadau, au micro de Canal+, complétement dépité : « On ne travaille pas ensemble, on ne travaille pas en équipe, on joue à l’envers. » Tout est dit. Il aurait pu aussi ajouter que l’énergie n’y est pas ainsi que l’envie. La mi-temps est sifflée sur le score sans appel de 19-3.



Le cauchemar continue



Je pensais, sans doute naïvement que le retour des vestiaires serait bien meilleur que l’entame du match. Manque de chance. A la suite d’une longue possession des Agenais dans le camp grenoblois, le SUA pointe le ballon une quatrième fois derrière la ligne ! 26-3 (44ième). C’est définitivement perdu. La question qui se pose : quelle sera l’addition finale ? Deux nouveaux essais lot-et-garonnais seront encore inscrits : 40-3 ! Score très lourd pour des Grenoblois hors-sujet. Devant les nombreuses bévues iséroises, les commentateurs n'auront pas de mal à trouver les mots pour juger ce que proposent les Dauphinois : « Rien ne va ce soir dans le jeu grenoblois ». Ils n’en reviennent pas eux-mêmes après avoir vu le match de la semaine dernière contre Brive. Il n’y aura pas eu de sursaut d’orgueil en fin de rencontre, comme à Mont-de-Marsan ou à Valence où les Grenoblois avaient marqué des essais. Non, rien cette fois-ci. Troisième défaite à l’extérieur avec plus de trente points encaissés. A la veille du match, Nicolas Nadau, interrogé par Nicolas Zanardi, pointait le point faible à corriger « Pour espérer quelque chose à Agen, il faudra pouvoir se reposer sur une grosse défense et on doit se retrouver là-dessus : se faire confiance, travailler les uns pour les autres, c’est toujours indispensable pour rivaliser à l’extérieur, qui plus est dans ce championnat. » Je n’ai pas l’impression que le message ait été bien compris.

Maintenant, j’espère que le groupe se remobilisera vendre prochain contre la lanterne rouge, Rouen, qui enchaîne de bons matchs. Attention de ne pas refaire le même match que contre Dax.

Les statistiques de la première mi-temps :

Mêlée (Intro Grenoble) : 3, un bras cassé contre Grenoble et une pénalité contre Agen

Mêlée (Intro Agen) : 5, un bras cassé contre et deux pénalités contre Grenoble et une pénalité contre Agen.

Touche (Grenoble) : 6 un ballon perdu.

Touche (Agen) :7 aucune touche perdue.

Pénalité : 8 contre Grenoble et 5 contre Agen et un carton jaune.



Les statistiques de la deuxième mi-temps :

Mêlée (Intro Grenoble) :1

Mêlée (Intro Agen) : 2, une pénalité contre Grenoble

Touche (Grenoble) : 6, un ballon perdu

Touche (Agen) : 10, deux ballons volés

Pénalité : 5contre Grenoble, et 2 contre Agen.
 

Derniers messages

Retour
Haut